Par Marc-Antoine Custaud, praticien hospitalier au CHU d’Angers et enseignant-chercheur à l’Université d’Angers.

C’est dans la nature humaine que d’explorer et de repousser ses frontières. La conquête de l’espace depuis la deuxième moitié du 20ème siècle a ouvert de nouveaux horizons et le début du 3ème millénaire verra sans nul doute la multiplication des projets d’exploration du système solaire. Aller sur Mars pour l’homme est aujourd’hui le défi le plus ambitieux à relever !  
C’est soumis constamment à la force de gravité terrestre, protégé des rayonnements cosmiques et dans un environnement ouvert que la vie s’est développée et a évoluée sur terre. Si la gravité n’existait pas nous n’aurions pas besoin d’un système cardiovasculaire aussi complexe et réactif. Un squelette aussi solide et un système musculaire aussi puissant seraient inutiles. De façon surprenante, l’organisme s’adapte bien à l’absence de gravité, en se mettant au repos, mais c’est lors du retour sur terre que la désadaptation à la gravité va se manifester avec en particulier un risque de syncope, un affaiblissement musculaire et une fragilisation osseuse.
Préparer l’homme aux voyages dans l’espace, c’est disposer de moyens de simulation au sol et c’est aussi développer des méthodes préventives pour garder l’astronaute en bonne santé !

Organisée dans le cadre du cycle de conférence « Astronomie », en partenariat avec Ciel d’Anjou et l’ESEO, entamé en mars dernier puis reporté suite à la crise sanitaire.

Entrée libre. La conférence sera retransmise en direct sur le compte Youtube de l’ESEO.